DÉLIT sous l'emprise de stupéfiant

A | A+ | A++

La prise de stupéfiant est interdite en France.

La conduite sous l’emprise de stupéfiant peut entraîner le retrait immédiat du permis par les services de police ou de gendarmerie pour une durée de 72 heures.

Par la suite, une suspension administrative peut être prononcée dans l’attente d’une comparution devant le Tribunal, ce qui aura pour conséquence un retrait de permis pour une durée pouvant aller jusqu’à six mois.

Si vous avez reconnu les faits et vous pouvez comparaître en CRPC ou devant le Tribunal correctionnel, selon la gravité de l’infraction.

Si vous contestez les faits reprochés, dans tous les cas c’est un renvoi devant le Tribunal Correctionnel du lieu de commission de l’infraction.

Dans les deux cas, il peut être prononcé par les juridictions : une amende, une peine de prison, une suspension de permis allant jusqu’à trois ans ou encore une annulation de permis de conduire.

La consultation et l’assistance d’un avocat sont indispensables pour préparer sa défense et limiter les peines encourues.